Accès abonné :              
Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTFace à l'internationalisation de la filière, l'usine Renault-Algérie sera-t-elle rentable ?
PIED DE LETTRETourisme L'alternative locale
RELATIONS INTERNATIONALESLibye États-Unis, France, Italie, Allemagne et Royaume-Uni condamnent la violence
DOSSIERTourisme en danger, entre menaces terroristes et Ebola
Entreprises et MarchésÉGYPTE Promotion du tourisme
Entreprises et MarchésL'OCDE planche sur l'accès des PME aux financements
Entreprises et MarchésADMINISTRATION ÉLECTRONIQUE Le Prix des Nations unies décerné à la Tunisie
Entreprises et MarchésExxon et Anadarko dans les eaux profondes du Golfe de Guinée
Entreprises et MarchésRebranding Africa Forum mise sur l'Afrique émergente
Entreprises et MarchésMAROC Benkirane pose ses conditions aux patrons
Entreprises et MarchésCAMEROUN Necotrans en course pour la gestion du terminal portuaire de Kribi
Entreprises et MarchésAFRIQUE CENTRALE ET DE L'OUEST Les ports en quête d'une meilleure compétitivité
Entreprises et MarchésAREVA Luc Oursel jette l'éponge
Entreprises et MarchésAFRICA AGRI FORUM 2014 L'impérative révolution verte
Banque - AssurancesNIGER La Bagri engrange un total bilan de plus de 33 Mrds de f CFA
Banque - AssurancesCAMEROUN Le marché des assurances en pleine expansion
Banque - AssurancesMOHAMMED VI «L'Afrique a plus besoin de partenariats gagnant-gagnant plutôt que d'assistance»
Banque - AssurancesAlassane Ouattara et Macky Sall rejettent l'afro-pessimisme
Banque - AssurancesLe développement de l'Afrique, débattu à Marrakech
FocusHuman Rights Watch cible des acteurs au Mali
Politique - EconomieEGYPTE Moody's relève la perspective de la note de «négative» à «stable»
Politique - EconomieL'Uemoa débloque 1,5 million de dollars pour contrer Ebola
Politique - EconomieEGYPTE Le taux de croissance pour les 3 premiers trimestres 2014 s'élève à 2,2%
Politique - EconomieL'Afrique centrale face aux enjeux énergétiques
L’accord HSBC-BEA est-t-il menacé ? Version imprimable
23-01-2008

Par Ihsane El Kadi, Alger

La mobilisation de toutes les banques publiques algériennes en vue du financement des projets de Sonatrach, en partenariat dans la pétrochimie, est-il un coup porté à la convention HSBC-Banque extérieur d’Algérie (BEA) du 11 novembre dernier ?
La première tendance, sur la place d’Alger, est de répondre plutôt par la négative. La BEA est la banque qui accompagne Sonatrach dans son développement, et le partenariat lancé avec HSBC ouvrait la voie de la grande banque mondiale vers ce client très recherché au chiffre d’affaires supérieur à 65 milliards de dollars en 2007.

Critiques en coulisses Ce sont les critiques en coulisses de l’accord du 11 novembre dernier qui ont laissé penser que le Ministère des finances recherchait un moyen de réduire, dans l’avenir, le rôle pivot de la BEA dans l’accompagnement de Sonatrach, en invitant toutes les banques publiques à partager le gisement d’affaires que représentent notamment les investissements dans la pétrochimie. De quelles critiques s’agit il ? Des voies se sont élevées dans le gouvernement algérien pour s’inquiéter de « la procédure non concurrentielle » qui a abouti à la signature de l’accord cadre de coopération entre la BEA et HSBC, « sans consultations ouvertes avec d’autres banques ». L’accord prévoit, notamment, que la banque européenne participera à l’ingénierie des montages financiers pour les projets de Sonatrach et ses partenaires dans la pétrochimie, qu’elle formera des personnels de la BEA dans le management des « project finance » et qu’elle accompagnera la BEA et Sonatrach dans les opérations de « positionnement extérieur ».
Un « avantage » que la concurrence, notamment Citibank en lice depuis longtemps pour un tel partenariat, n’a pas avalé. Pour une source proche de HSBC en Algérie : « Le recours à l’épargne des banques publiques dans le financement des projets de la pétrochimie était décidé depuis sept à huit mois par les autorités algériennes. Rien de nouveau de ce point de vue. Il est toujours question de financer en dinars des projets très complexes qui nécessitent un management pointu. La BEA va être à la tête des crédits syndiqués dans quelques uns de ces projets et le partenariat avec HSBC prend tout son sens. Il est d’ailleurs demandé aux autres banques publiques d’en prendre référence pour réaliser des partenariats similaires ».

 
< Précédent   Suivant >