Journal en ligne - []
ZOOMMarrakech Grand-messe de l'African Leadership Network
PIED DE LETTREExpo Milano 2015 Le know-how qui met en valeur
RELATIONS INTERNATIONALESSyrie Rencontre au sommet à Vienne
DOSSIERBanques Partenariat Attijariwafa bank-Icici Bank
DOSSIERCôte d'Ivoire L'indien Tata va investir plus de 300 milliards de f CFA
DOSSIERInde-Afrique Plaidoyer du Roi du Maroc pour la coopération Sud-Sud
DOSSIERInde-Afrique 100 milliards $
Entreprises et MarchésCÔTE D'IVOIRE Distribution de 224 Mrds de f CFA par Randgold Resources à ses actionnaires
Entreprises et MarchésSÉNÉGAL OPV de Suneor, les derniers rebondissements
Banque - AssurancesBMCE BANK OF AFRICA Nouvelle campagne de marque
Banque - AssurancesBMCE Bank et Maroc Export innovent avec African Business Connect
Banque - AssurancesBANQUES Attijariwafa bank lance une nouvelle campagne institutionnelle
Banque - AssurancesBANQUES Rapprochement Afreximbank-Dangote Group
BoursesANGOLA Sortie sur le marché international pour un eurobond
BoursesDETTE SOUVERAINE Confirmation des notes S&P du Cameroun et du Maroc
Politique - EconomieCharles Konan Banny jette l'éponge
Politique - EconomieCÔTE D'IVOIRE Ouattara reconduit son sherpa
Politique - EconomieMALI La France débloque 360 millions d'euros pour la relance économique
Politique - EconomiePRÉSIDENTIELLE CÔTE D'IVOIRE Tsumani d'ADO à 83,66%
Politique - EconomieLes axes clés du projet de gouvernance pour le dernier mandat de Ouattara
Politique - EconomieLes nouveaux défis d'Alassane Ouattara
Politique - EconomieNIGER Hama Amadou cherche-t-il une protection auprès d'Henri Konan Bedié ?
Politique - EconomieMAROC Phosboucraâ, filiale d'OCP, pour l'optimisation des ressources au Sud
Politique - Economie40ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MARCHE VERTE Discours royal fondateur et mobilisateur
Politique - EconomieSahara marocain, les avancées vues par le HCP
Politique - Economie MAROC Près de 14 Mrds d'euros pour la 2ème tranche du Plan de développement du...
Politique - EconomieCLASSEMENT DOING BUSINESS 2016 Des progrès en Afrique au sud du Sahara
Les axes clés du projet de gouvernance pour le dernier mandat de Ouattara Version imprimable
12-05-2016
Réélu à une écrasante majorité de 83% des suffrages exprimés des Ivoiriens, le président Alassane Ouattara compte mettre les bouchées doubles pour positionner son pays à l’horizon 2020 dans le cercle des pays émergents en s’appuyant sur un projet ambitieux de société qui place l’Ivoirien au centre du développement à travers le concept de l’«Ivoirien nouveau».
 
Dans la perspective de l’entame du nouveau et dernier mandat du président ivoirien Alassane Ouattara, les choses semblent s’accélérer à une vitesse de croisière qui ressemblerait à une véritable course contre la montre. En effet, dès la confirmation de son élection par la Cour constitutionnelle, Ouattara n’a pas attendu, il a fait organiser le lendemain la cérémonie de prestation de serment et de son investiture en présence de quelques chefs d’Etat de la sous-région. Aussitôt réinvesti, Alassane Ouattara s’est mis au travail, il a renouvelé sa confiance à l’actuel Premier ministre et reconduit la même équipe gouvernementale déjouant sur le champ tous les pronostics de tous les analystes qui s’étaient hasardés à faire des fixions sur la future équipe gouvernementale et notamment sur celui qui devrait la conduire. Ce mandat nous fait observer un proche du président Ouattara, il compte le placer sur la responsabilité partagée de l’ensemble des Ivoiriens avec lesquels le président souhaite construire la Côte d'Ivoire de demain.
 
«Il n'est plus question pour notre pays d'accepter un mode de gouvernement et une approche de la société faisant fi des attentes de nos populations, des sentiments qui les animent et de leur existence de chaque instant. Une ère vient de s'achever et un nouveau départ s'avère désormais nécessaire et possible», explique le président Ouattara dans son nouveau projet qui s’articule entre autre autour du nouveau projet politique, de relance de l’économie fondée sur la redistribution de la croissance et enfin la lutte contre la pauvreté avec la réorganisation des secteurs sociaux de base.L’ambition première du président Ouattara sur le plan politique serait le raffermissement de la démocratie, de la voir s'épanouir dans toutes ses dimensions. Ensemble, dixit le président Ouattara, nous devrons tracer les contours de la future démocratie ivoirienne et donner forme à son existence quotidienne. Le président Ouattara a inscrit dans son projet d’associer toutes les Ivoiriennes et tous les Ivoiriens au renouveau de la Côte d'Ivoire, à la définition des principes qui la guideront dans ses grands choix. Car la démocratie exige l'intervention permanente du peuple dans le processus de prise de décisions. C’est dans cette optique que le président du conseil politique de l’équipe de campagne du président Ouattara, Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale, nous indique que pour le président Ouattara, le rôle du citoyen ne devrait pas se limiter seulement au choix d'un bulletin de vote glissé dans l'urne, abandonnant de ce fait et jusqu'à la prochaine élection tous ses pouvoirs à un candidat. Il n'y a pas de délégation absolue de la souveraineté et aucun élu ne doit s'arroger le droit de confisquer la parole au peuple.
 
Il est donc indispensable, soutient avec grandiloquence Guillaume Soro avec qui nous avons échangé à ce sujet, que chaque Ivoirien dans la vision du chef de l’Etat contribue à l'édification et à la consolidation de la Côte-d'Ivoire de demain. Cette approche permettrait, selon Guillaume Soro, une vision participative du citoyen qui est de na-ture à abolir les barrières artificielles dressées entre Ivoiriens et ouvrirait dans le court moyen et long terme une ère de prospérité. La Côte d’Ivoire qui avait pris une belle voie du développement dans les années 80 à l’époque du «miracle ivoirien» sous l’ère de Félix Houphouët Boigny a connu une longue période de confusion qui a annihilé toutes les avancées économiques. L'attentisme s'est installé dans la politique économique et sociale du pays. Le gaspillage, la corruption, les malversations et la dépravation des moeurs se sont généralisés. Alassane Ouattara ambitionne de redémarrer sur la base de la libre entreprise, l'économie par une exploitation rationnelle des atouts et des ressources naturelles, en mettant un accent particulier sur le potentiel agricole, des ressources humaines de qualité, fleuron de la Côte d’Ivoire moderne.
 
La politique sociale du président réélu
 
Alassane Ouattara souhaite mettre en oeuvre une politique sociale des plus audacieuse qui viendrait rectifier les injustices notamment celles devant la maladie, l'éducation, la culture et les disparités régionales. L'État interviendra dans des domaines très variés mais toujours avec ce double objectif : libérer les énergies et veiller à ce qu'elles n'entrent pas en conflit. Ce sera le cas en particulier dans le secteur économique où des mesures seront prises pour développer le secteur privé et favoriser sa croissance en préservant les intérêts et les droits des individus.
 
Dans son approche prospective le président ivoirien indique dans son programme de gouvernance que l’économique ne se fera pas au détriment de notre cohésion sociale et des solidarités si profondément ancrées dans nos pratiques et nos mentalités. C’est sans nul doute dans cette optique qu’il précisait lors de la campagne électorale que «nous mettrons en oeuvre les mesures nécessaires pour assurer une juste rémunération du travail de nos parents paysans. Nous mettrons un accent tout particulier sur la transformation des produits agricoles et la protection de l'environnement». Alassane Ouattara, conscient des méfaits de la crise postélectorale de 2010, compte renforcer la solidarité citoyenne et établir plus de ponts entre les générations, afin d’appuyer les jeunes dans leurs initiativesde rehausser le statut des chefs traditionnels garants des traditions multiséculaires du pays qui ont un rôle important à jouer dans le cadre de la réconciliation.
 
La politique de l’emploi des jeunes reste et demeure selon le ministre de la Jeunesse et de l’emploi, Sidi Touré, l'une des priorités majeures pour cette tranche importante de la population dont la participation au développement économique et social est plus qu'indispensable. Aussi, l'éducation et la formation constitueront les axes premiers de la politique du président Ouattara durant les prochaines années. Rendez-vous est donc pris pour 2020 pour évaluer le nouveau contrat social scellé entre le président Ouattara et son peuple à travers l’intériorisation du concept de l’«Ivoirien nouveau». Cependant, il est à prendre en compte cette volonté du chef de l’Etat qui n’exclut pas de ne pas finir son mandat si les choses marchent selon ses attentes. Cette déclaration de Ouattara ouvrirait-elle la voie à toutes les supputations qui entourent déjà cette fameuse guerre de la succession ? L’avenir nous en dira plus sur ce sujet.
 
Rodrigue Fénelon Massala
 
< Précédent   Suivant >
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×