Accès abonné :              
Journal en ligne - []
PIED DE LETTREJusqu'à quand ?
DOSSIERRAM Poursuite des dessertes sur le continent
DOSSIERSénégal Plus aucun cas de fièvre Ebola
DOSSIERBanque mondiale Déblocage de 105 M de $
DOSSIERUE Aide de 5 millions d'euros pour une nouvelle mission de l'UA
DOSSIERWashington L'aide à 250 millions de dollars
DOSSIERRisques extrêmes Pourquoi les investisseurs devraient s'inquiéter d'Ebola
DOSSIERBAD Ebola entraînera une baisse de 1 à 1,5% du PIB en Afrique de l'Ouest
DOSSIEREbola Peur dans la sousrégion Afrique de l'Ouest
DOSSIEREbola «L'existence du Libéria est gravement menacée»
DOSSIEREbola Danger pour l'économie
Entreprises et MarchésFORUM MAROC-GUINÉE Signature de 3 conventions sectorielles
Entreprises et MarchésGUINÉE-AFFAIRE SIMANDOU Benny Steinmetz Group porte plainte contre l'Etat
Entreprises et MarchésGabon Airlines à la quête de 6,9 Mrds f CFA
Entreprises et MarchésPRIX MO IBRAHIM Un indice pour évaluer la bonne gouvernance en Afrique
Entreprises et MarchésAFRIQUE DE L'OUEST Plaidoyer pour la taxation du prix du tabac à 70%
Entreprises et MarchésCAMEROUN Normalisation des activités au port de Douala
Entreprises et MarchésUEMOA Bling-bling à Dubai
Banque - AssurancesBOA-BURKINA Augmentation du capital
Banque - AssurancesAFRIQUE CENTRALE Mise en place d'un Comité de stabilité financière
Banque - AssurancesCIH BANK Aquisition de 10% d'Atlanta
Banque - AssurancesBPCE remet le cap sur l'Afrique
Banque - AssurancesMICROASSURANCE Pour un déploiement en Afrique centrale et de l'Ouest
Banque - AssurancesSÉNÉGAL ICB dans le giron de First Bank of Nigeria
Banque - AssurancesMAROC BCP réalise des résultats en hausse au premier semestre 2014
Economie - PolitiqueImbroglio politico-judiciaire à Niamey
Politique - EconomieUS AFRICA BUSINESS FORUM Obama attendu à Marrakech en novembre
Politique - EconomieTHIERRY TANOH Adoubé secrétaire général adjoint
Politique - EconomieRCA La Minusca entre en lice
Politique - EconomieDRAME EN MÉDITERRANÉE Noyade provoquée, 500 morts
Mali-CMDT : le Singapourien Olam jette l’éponge Version imprimable
08-11-2011

Lancé depuis 2007, le processus de privatisation de la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) connaît un nouveau rebondissement. Après le consortium français Dagris et Ivoire Coton, qui ont jeté l’éponge, c’est au tour du groupe singapourien Olam et de Famab de quitter la course. Seul reste à bord le Chinois Yumié, dont l’offre financière est toujours à l’étude.

 

Contre toute attente, le holding singapourien Olam, présent sur le marché agroalimentaire en Afrique et l’un des favoris des candidats repreneurs de la CMDT aux côtés du Chinois Yumié, a décidé de quitter la course. Seulement huit mois après le départ de Dagris et d’Ivoire Coton.

La compétition se jouait entre le holding Olam et Yumié, grands favoris pour la reprise de la compagnie malienne. Selon nos informations, le groupe de droit malien Famab a aussi dû jeter l’éponge un mois avant que la décision d’Olam ne tombe.

Une source proche du dossier nous a confié que le holding Olam n’a pas satisfait aux exigences du cahier des charges de la CMDT, liées notamment à la caution « deposit bancaire ». « Olam Group nous a certifié que sa caution devait être déposée sur un compte d’une société bancaire de droit britannique basée à Londres », a confirmé notre source.

 

« C’est dommage ! »

Selon les clauses de l’appel d’offres international lancé par la CMDT, la caution devait obligatoirement être déposée sur le compte d’une banque française ou d’une banque établie au Mali. Le Singapourien Olam n’ayant donc pas satisfait cette exigence, a préféré quitter la course.

« C’est dommage ! Nous pensons qu’un consortium de renommée internationale devait satisfaire en principe cette exigence bancaire. A la date d’aujourd’hui, seul le groupe chinois Yumié est dans le pipe », a précisé notre source.

Le groupement privé de droit malien Famab, qui avait affiché de sérieuses ambitions de rivaliser avec les multinationales Olam et Yumié, a jeté l’éponge dans la deuxième phase du processus de privatisation.

En pleine restructuration, la CMDT, qui a apuré ces derniers mois sa dette contractée auprès de Transrail (quelque 2 milliards FCFA), qui pèse plus de 90 milliards FCFA, ne s’est pas fixé de deadline. Elle entend prendre son temps et mener lentement la dernière étape de privatisation. Contacté, le ministre malien de l’Agriculture Ag Alhassane a précisé que « la CMDT ne sera pas bradée à la sauvette ».

Ismael Aidara

 
< Précédent   Suivant >