Journal en ligne - []
PIED DE LETTREDe la promotion de l'entrepreneuriat et de l'innovation
RELATIONS INTERNATIONALESAccord sur le nucléaire iranien Un deal contre le terrorisme ?
DOSSIERTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
DOSSIERSénégal-Maroc Le Groupe d'impulsion économique opérationnel
Dossier SpécialSaïd Mouline Aderee, bras armé du développement durable
Dossier SpécialL'offensive du Royaume chérifien en Afrique centrale
Dossier SpécialMaroc Telecom Quelque 6 millions d'euros pour un projet transafricain
Dossier SpécialAmina Benkhadra Des bassins à fort potentiel
Dossier SpécialCasablanca Inauguration d'un 2ème Centre de dépollution du littoral
Dossier SpécialTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
Dossier SpécialLa gent féminine, de mieux en mieux
Dossier SpécialFathia Bennis Maroclear, garant d'un marché financier et d'une place fiable, sécurisée et transparen
Dossier SpécialFrance-Maroc Visite du Roi Mohammed VI à Paris
Dossier SpécialKarim Bernoussi Intelcia, un partenaire de confiance
Dossier SpécialJawad Kerdoudi «Ce nouveau vote du Conseil de Sécurité est une victoire pour le Maroc»
Dossier SpécialDes ONG dénoncent le détournement de l'aide humanitaire dans les camps de Tindouf
Dossier SpécialInterview Charles Saint-Prot Évolution en faveur du Maroc
Dossier SpécialRésolution 2218 (2015)
Dossier SpécialRésolution 2218 du Conseil de Sécurité de l'ONU Le Maroc marque un point
Dossier SpécialSahara Victoire du Maroc à l'ONU
Dossier SpécialMaroc Succès d'une image et échec économique
Dossier SpécialMaroc Diagnostic de croissance
Dossier SpécialMaroc Groupe Banque Populaire lance sa 1ère usine monétique panafricaine
Dossier SpécialMaroc Banque populaire Adoption du système Public Key Infrastructure (PKI)
Dossier SpécialHassan El Basri Le gage de réussite d'un modèle de coopération Sud-Sud
Dossier SpécialBudget économique exploratoire 2016
Dossier SpécialOCP, plus que jamais vaisseau-amiral
Dossier SpécialCroissance économique et investissements
Dossier SpécialQuelle stratégie pour la politique africaine ?
Dossier SpécialMaroc-Côte d'Ivoire-Guinee Bissau-Gabon Une coopération, un cran au-dessus
Dossier SpécialMaroc-Senegal Une dizaine d'accords de cooperation
Dossier SpécialLe Maroc à l'abri des soubresauts
Mali-CMDT : le Singapourien Olam jette l’éponge Version imprimable
08-11-2011

Lancé depuis 2007, le processus de privatisation de la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) connaît un nouveau rebondissement. Après le consortium français Dagris et Ivoire Coton, qui ont jeté l’éponge, c’est au tour du groupe singapourien Olam et de Famab de quitter la course. Seul reste à bord le Chinois Yumié, dont l’offre financière est toujours à l’étude.

 

Contre toute attente, le holding singapourien Olam, présent sur le marché agroalimentaire en Afrique et l’un des favoris des candidats repreneurs de la CMDT aux côtés du Chinois Yumié, a décidé de quitter la course. Seulement huit mois après le départ de Dagris et d’Ivoire Coton.

La compétition se jouait entre le holding Olam et Yumié, grands favoris pour la reprise de la compagnie malienne. Selon nos informations, le groupe de droit malien Famab a aussi dû jeter l’éponge un mois avant que la décision d’Olam ne tombe.

Une source proche du dossier nous a confié que le holding Olam n’a pas satisfait aux exigences du cahier des charges de la CMDT, liées notamment à la caution « deposit bancaire ». « Olam Group nous a certifié que sa caution devait être déposée sur un compte d’une société bancaire de droit britannique basée à Londres », a confirmé notre source.

 

« C’est dommage ! »

Selon les clauses de l’appel d’offres international lancé par la CMDT, la caution devait obligatoirement être déposée sur le compte d’une banque française ou d’une banque établie au Mali. Le Singapourien Olam n’ayant donc pas satisfait cette exigence, a préféré quitter la course.

« C’est dommage ! Nous pensons qu’un consortium de renommée internationale devait satisfaire en principe cette exigence bancaire. A la date d’aujourd’hui, seul le groupe chinois Yumié est dans le pipe », a précisé notre source.

Le groupement privé de droit malien Famab, qui avait affiché de sérieuses ambitions de rivaliser avec les multinationales Olam et Yumié, a jeté l’éponge dans la deuxième phase du processus de privatisation.

En pleine restructuration, la CMDT, qui a apuré ces derniers mois sa dette contractée auprès de Transrail (quelque 2 milliards FCFA), qui pèse plus de 90 milliards FCFA, ne s’est pas fixé de deadline. Elle entend prendre son temps et mener lentement la dernière étape de privatisation. Contacté, le ministre malien de l’Agriculture Ag Alhassane a précisé que « la CMDT ne sera pas bradée à la sauvette ».

Ismael Aidara

 
< Précédent   Suivant >
 
afrique afrique
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :