Accès abonné :              
Journal en ligne - []
GREEN BUSINESSLe Bénin s'engage dans l'énergie verte
COIN DE L\'EXPERT Les 8 raisons de la baisse du cours des hydrocarbures, quels impacts sur les pays...
ZOOMAlgérie Pour un partenariat industriel win-win avec la France
DÉCOUVERTERacisme Lettre «poignante» d'une étudiante «africaine» aux Tunisiens
PIED DE LETTREL'emploi à portée de main
RELATIONS INTERNATIONALESCorne de l'Afrique et Yémen Réunion du Comité régional sur les migrations composites
DOSSIERBurundi Qui est Pierre Nkurunziza ?
DOSSIERBurundi La relance au point mort
Entreprises et MarchésMAROC TELECOM Une croissance de 11,5% du chiffre d'affaires des filiales africaines
Entreprises et MarchésMAROC-SONASID Les résultats semestriels font état d'un redressement
Entreprises et MarchésGUINÉE-PORT DE CONAKRY Bolloré veut la gestion exclusive du trafic
Entreprises et MarchésLeaders africains de demain
Banque - AssurancesBERD Promesses de financements à la Tunisie en 2015
Banque - AssurancesCONGO Une foire pour promouvoir les banques et les assurances
Banque - AssurancesCAMEROUN Premiers financements de la Banque des PME
Banque - AssurancesGABON Soutien de l'AFD aux entreprises
BoursesSÉNÉGAL Fonsis mobilise 12 milliards de f CFA
BoursesLe Trésor public va émettre un emprunt obligataire de 55 milliards de f CFA
Politique - EconomieTUNISIE Nette victoire de Nidaa Tounes aux législatives
Politique - EconomieDOING BUSINESS 2015 L'Afrique subsaharienne s'en sort bien
Politique - EconomieZAMBIE Soutien de l'OIM au Service pénitentiaire
Politique - EconomieRÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE Réouverture d'écoles à Bangui
Politique - EconomieZAMBIE Nouvelle coupure de billet de 50 kwachas
Politique - EconomieEGYPTE Appel de HRW aux autorités
Politique - Economiede fonds expérimentés font défaut.
Politique - EconomieCAPITAL-INVESTISSEMENT Un créateur de croissance, mais pas pour l'Afrique
Politique - EconomieFMI La croissance dans la région MENA sera en légère hausse, à 2,6%en 2014
Politique - EconomieBURKINA FASO Compaoré lâche enfin le pouvoir
Politique - EconomieZAMBIE Disparition du président Michael Sata
Mali-CMDT : le Singapourien Olam jette l’éponge Version imprimable
08-11-2011

Lancé depuis 2007, le processus de privatisation de la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) connaît un nouveau rebondissement. Après le consortium français Dagris et Ivoire Coton, qui ont jeté l’éponge, c’est au tour du groupe singapourien Olam et de Famab de quitter la course. Seul reste à bord le Chinois Yumié, dont l’offre financière est toujours à l’étude.

 

Contre toute attente, le holding singapourien Olam, présent sur le marché agroalimentaire en Afrique et l’un des favoris des candidats repreneurs de la CMDT aux côtés du Chinois Yumié, a décidé de quitter la course. Seulement huit mois après le départ de Dagris et d’Ivoire Coton.

La compétition se jouait entre le holding Olam et Yumié, grands favoris pour la reprise de la compagnie malienne. Selon nos informations, le groupe de droit malien Famab a aussi dû jeter l’éponge un mois avant que la décision d’Olam ne tombe.

Une source proche du dossier nous a confié que le holding Olam n’a pas satisfait aux exigences du cahier des charges de la CMDT, liées notamment à la caution « deposit bancaire ». « Olam Group nous a certifié que sa caution devait être déposée sur un compte d’une société bancaire de droit britannique basée à Londres », a confirmé notre source.

 

« C’est dommage ! »

Selon les clauses de l’appel d’offres international lancé par la CMDT, la caution devait obligatoirement être déposée sur le compte d’une banque française ou d’une banque établie au Mali. Le Singapourien Olam n’ayant donc pas satisfait cette exigence, a préféré quitter la course.

« C’est dommage ! Nous pensons qu’un consortium de renommée internationale devait satisfaire en principe cette exigence bancaire. A la date d’aujourd’hui, seul le groupe chinois Yumié est dans le pipe », a précisé notre source.

Le groupement privé de droit malien Famab, qui avait affiché de sérieuses ambitions de rivaliser avec les multinationales Olam et Yumié, a jeté l’éponge dans la deuxième phase du processus de privatisation.

En pleine restructuration, la CMDT, qui a apuré ces derniers mois sa dette contractée auprès de Transrail (quelque 2 milliards FCFA), qui pèse plus de 90 milliards FCFA, ne s’est pas fixé de deadline. Elle entend prendre son temps et mener lentement la dernière étape de privatisation. Contacté, le ministre malien de l’Agriculture Ag Alhassane a précisé que « la CMDT ne sera pas bradée à la sauvette ».

Ismael Aidara

 
< Précédent   Suivant >