Accès abonné :              
Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTQuel modèle de banque agricole pour l'Afrique ?
ZOOM Algérie Abrogation de l'art. 87 bis du Code du travail : quelles incidences sur la...
ZOOMSyndicats en Afrique Mythes ou réalités
DOSSIERNoellie Cecile Tiendrébéogo «Au Burkina Faso, Ecobank détient une part de marché de 20%»
DOSSIERProduction locale, une niche à explorer
DOSSIERMoussa Seck «L'arme alimentaire est autant persuasive que l'arme nucléaire est dissuasive»
DOSSIERCameroun A l'épreuve de l'agriculture de seconde génération
DOSSIERAlbert Kouatelay «Il faut consacrer une part budgétaire conséquente au financement de l'agriculture»
DOSSIERLes Agropoles de MEDZ au SIAM
DOSSIERJaâfar Khattech «L'État en Tunisie garde la mainmise sur la production agricole»
DOSSIERAfrique Le défi de l'autosuffisance alimentaire
DOSSIERKobenan Kouassi Adjoumani «Plan Maroc Vert, source d'inspiration pour nous et pour le continent»
DOSSIERLe financement, le nerf de la guerre de l'agriculture
DOSSIERHicham Laraqui Housseini «L'État joue un rôle de stratège en élaborant une politique publique volont
DOSSIERFinancement de l'agriculture en Afrique
Entreprises et MarchésAIR CEMAC Cloué au sol, faute d'assurance
Entreprises et MarchésNIGERIA Forum économique mondial pour l'Afrique
Entreprises et MarchésBURKINA FASO Rififi autour de la mine de Tambao
Entreprises et MarchésNIGER Entrée en lice de la cimenterie de Keita
Entreprises et MarchésPORT DE DAKAR Fin des travaux de dragage du chenal d'accès
Entreprises et MarchésCAMEROUN L'offensive de Bolloré dans le transport ferroviaire
EditorialNigéria, Boko Haram pour le droit d'ingérence
Banque - AssurancesGroupe Banque populaire invite ses partenaires africains
Banque - AssurancesCAMEROUN Une compagnie d'assurance conteste sa liquidation
Banque - AssurancesLe groupe bancaire United Bank of Africa relifte sa stratégie de management interne
Banque - AssurancesSENEGAL La BIS accorde 10 Mrds de f CFA pour la campagne d'arachide
BoursesCÔTE D'IVOIRE Lancement officiel de l'Eurobond 2014
BoursesSENEGAL Le Fongip et Ecobank s'engagent pour garantir les financements destinés aux PME sénégalaises
Politique - EconomieCroissance économique au Sud du Sahara Le club des 7 meilleures économies de l'année 2013
Politique - EconomieMALI Moussa Mara réussit son premier examen de passage au Parlement
Politique - EconomieMAROC La Caisse de compensation dans le collimateur…
Mali : l’Australienne Resolute Mining Limited rouvre la mine de Syama Version imprimable
19-05-2010

Les activités de la mine d’or de Syama (Sud du Mali) vont être relancées, avec l’espoir de produire près de « six tonnes d’or » par an et pour une durée initiale de sept ans, annoncent des sources du Ministère malien des mines.

Donnant le coup d’envoi de la reprise de la production, qui a mobilisé 150 millions de dollars en sept ans, le Chef de l’Etat malien, Amadou Toumani Touré, a estimé qu’avec la réouverture de la mine « les jeunes ont une opportunité » de trouver des emplois. Le président malien s’appuyait en cela sur les propos de Peter Sullivan, directeur général de la compagnie australienne Resolute Mining Limited, à l’origine de la reprise des activités de la mine de Syama, qui a promis de faire en sorte que « les bénéfices économiques reviennent au Mali à travers les taxes et l’emploi ».

Me Abdoulaye Wade s’est dit convaincu qu’il faut organiser rapidement une concertation internationale sur les mines, pour redéfinir les rapports entre les gouvernements et les sociétés minières.

Les activités à la mine de Syama avaient été suspendues en 2001, lorsque l’exploitant de l’époque, Randgold Resources, s’était retiré du projet en raison de l’effondrement des cours de l’or sur le marché international. Ces retraits de capitaux avaient le don de fragiliser une économie malienne, devenue en l’espace de quelques années largement dépendante de la « monoculture » de l’or.

 

La fièvre de l’or

Avec 60 tonnes d’or produites et 700 tonnes de réserves identifiées, le Mali est depuis quelques années un des grands producteurs d’or en Afrique, où il occupe le 3e rang, après l’Afrique du Sud et le Ghana. La production d’or au Mali a connu, ces cinq dernières années, une croissance de l’ordre de 350%. Le chiffre d’affaires annuel étant estimé à 30 milliards de francs CFA (environ 46 millions d’euros). En 1994, cette production dépassait à peine les sept tonnes. La fièvre de l’or s’est emparée du Mali depuis une dizaine d’années, avec la fin du régime militaire du général Moussa Traoré et l’ouverture de l’économie nationale aux capitaux étrangers. Les grandes firmes internationales ont alors investi le secteur et la part de l’Etat est désormais fixée à aux alentours de 20%. A l’heure actuelle, 36 à 40% des revenus générés par l’or restent dans le pays sous forme d’impôts, de taxes, de salaires ou de cotisations sociales.

 

Concertation internationale

En dehors du Mali, d’autres pays de la sous-région ouest-africaine, comme le Sénégal (avec la mine d’or de Sabodala), le Burkina ou la Côte d’Ivoire, ont connu durant la dernière décennie une remarquable explosion dans le domaine de l’exploitation minière. Toutefois, les pays à la base de ce boom connaissent tous d’énormes difficultés économiques et restent sous-développés, poussant des ONG et la société civile africaine à dénoncer une complicité entre les dirigeants africains et les responsables de ces sociétés minières. A l’occasion du tout dernier Salon international des mines (SIM Sénégal), organisé à Dakar, le chef de l’Etat sénégalais s’en était d’ailleurs ému. Me Abdoulaye Wade s’est dit convaincu qu’il faut organiser rapidement une concertation internationale sur les mines pour redéfinir les rapports entre les gouvernements et les sociétés minières, en instaurant ainsi un partenariat win-win (gagnant-gagnant) au bénéfice des populations riveraines des mines, souvent démunies. 

Mamadou Lamine Diatta, Dakar

 
< Précédent