Accès abonné :              


Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTAlgérie Révision constitutionnelle, mes 10 propositions
DÉCOUVERTETour du monde La Marocaine Fadoua Berrada réalise une première
PIED DE LETTREQui veut humilier le Nigéria ?
RELATIONS INTERNATIONALESFrance-Maroc Un Forum pour le partenariat économique
DOSSIERInterview La corruption gangrène le Congo RDC
DOSSIERCorruption Le mal de la RDC
DOSSIERAfrique centrale Plaidoyer pour la rigueur dans la gestion des affaires publiques
DOSSIER «Les pays africains sont appelés à promouvoir les valeurs de la transparence et la moralisation...
DOSSIERGiaba Un instrument de lutte contre le blanchiment d'argent
DOSSIERUn continent en proie à la corruption
DOSSIERCorruption Analyses et études en 2013
Entreprises et MarchésGUINÉE Simandou porté sur les fonts baptismaux
Entreprises et MarchésActis prend le contrôle du secteur de l'électricité au Cameroun
Entreprises et MarchésFestival de Cannes, «Timbuktu» nominé pas vainqueur
Entreprises et MarchésLa Cour de justice et d'arbitrage d'Abidjan condamne la Guinée avec fermeté
Entreprises et MarchésNIGER-AREVA Les dessous d'un deal
EditorialCorruption, changeons de culture
Banque - AssurancesCAMEROUN La SFI entre dans le capital d'Activa Assurances
Banque - AssurancesBAD-PBOC Lancement d'un fonds de cofinancement
Banque - AssurancesAFRICA BANKING FORUM Les TIC un pilier de développement pour les banques africaines
Banque - AssurancesEn 50 ans, la BAD a injecté plus de 100 Mrds de dollars en Afrique
Banque - AssurancesRWANDA Comment la BAD compte relancer l'économie de l'Afrique à l'horizon 2024
BoursesAFRIQUE DE L'OUEST La Banque mondiale accorde une ligne de financement à 3 pays
FocusAlgérie Pouvoir et opposition condamnés à s'entendre
Politique - EconomieLa face cachée du don
Politique - EconomieNORD MALI Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz en pompier
Politique - EconomieSÉNÉGAL Macky Sall, pour plus de flux commerciaux intra-africains
Politique - EconomieCONGO-BRAZZAVILLE - RDC Le ton se durcit
Politique - EconomieÉGYPTE Al-Sissi, nouveau pharaon
Politique - EconomieGABON L'appel d'Ali Bongo à investir en Afrique
Mali : le feuilleton de la privatisation de la CMDT se poursuit Version imprimable
24-02-2009

La privatisation de la Compagnie malienne de développement des textiles se heurte à un nouvel écueil, politique celui-là. L’opposition brandit la poursuite judiciaire.

Par Robert Adandé, Cotonou

 

C’est à travers une conférence de presse organisée le 10 février 2009 que le groupe parlementaire de l’opposition PARENA-SADI a menacé le gouvernement malien de poursuites judiciaire, s’il s’entêtait à privatiser la CMDT. Alors que l’Etat se fonde sur les dispositions juridiques de la loi, votée par l’Assemblée nationale le 1er août 2008, pour céder ses parts du capital de la CMDT. Seulement, après avoir refusé de voter les lois sur la privatisation de la CMDT, le groupe parlementaire dénonce une mauvaise interprétation de la loi. Il estime que la loi adoptée le 1er août 2008 ne permet pas la privatisation de la CMDT. « Et si le gouvernement s’entêtait à vouloir la faire sur la base de cette loi, il trouvera l’opposition sur son chemin. Nous n’hésiterons pas à porter plainte. »

« Et si le gouvernement s’entêtait à vouloir la faire sur la base de cette loi, il trouvera l’opposition sur son chemin. Nous n’hésiterons pas à porter plainte. »

L’opposition parlementaire explique que l’Etat, dans sa volonté de privatiser le géant du coton malien, a fait voter par l’Assemblée nationale une loi qui l’autorise à céder tout ou partie du capital social de la CMDT, alors que le schéma originel de privatisation retenu par le gouvernement ne prévoyait nullement une telle manœuvre.

En réalité, le processus de désengagement de l’Etat de la filière coton retenu par le gouvernement malien envisageait un autre schéma devant se traduire par la dissolution pure et simple de la CMDT.

 

Quatre sociétés déjà créées

Le député Sidibé indique que l’Etat envisagerait la création, par la CMDT, de quatre sociétés suivant les quatre zones d’intervention. D’ailleurs la CMDT aurait déjà créé quatre sociétés anonymes au capital de 10 millions de FCFA, détenues à 100% par la CMDT.

Il s’agit de : la filiale nord-est (régions CMDT Koutiala et San), la filiale sud (régions CMDT Bougouni et Sikasso, la filiale centre (régions CMDT Fana et zone OHVN) et la filiale ouest (région CMDT Kita).

Ensuite, chacune de ces filiales prendrait la relève de la CMDT dans sa zone, en y bénéficiant d’un monopole et en héritant de ses actifs et de ses passifs.

Enfin, l’Etat pourra procéder à la privatisation de ces filiales, en cédant 61% des actions à un opérateur privé de référence ou partenaire stratégique, 20% aux producteurs de coton, 17% à l’Etat et 2% aux travailleurs des sociétés.

Le député de l’opposition évoque également d’autres raisons, telles que le manque d’assurance sur la pérennité de la filière coton ainsi qu’une garantie de paiement du coton à un prix décent aux producteurs, après la privatisation. Pour lui, le flou persiste en ce qui concerne les règles de conduite et obligations qui seront fixées aux repreneurs des quatre filiales.

 
Suivant >