Journal en ligne - [n°64 du 26 février au 4 mars 2009 ]
EditorialFrictions en vue entre l'Afrique et Obama
ActualitéUn plan de secours pour les investisseurs noirs sud-africains
ActualitéAfrique du Sud : 4 milliards d'euros au social, malgré la crise
ActualitéLe soft power sud-africain
ActualitéUne crise exemplaire aux Antilles que Paris a tardé à comprendre
ActualitéValeurs africaines
ActualitéLes chiffres de la semaine
En bref par secteurs et paysLes brèves par secteurs et pays
Banques et AssurancesNSIA dans la réassurance en RD Congo
Banques et AssurancesOffensive de la China Exim Bank en Afrique de l'Ouest
Banques et AssurancesUn crédit immobilier à taux zéro perturbe les banquiers en Algérie
Banques et AssurancesPoste Maroc : en attendant la Banque postale
Banques et AssurancesLa BEAC et le défi de la surliquidité
Banques et AssurancesFusion entre la Caisse d'Epargne et la Banque Populaire
Banques et AssurancesLa BOAD dans le village technologique ivoirien
BoursesCapital Gestion lorgne l'intermédiation boursière et le capital risque
BoursesOrascom Telekom en forte hausse
BoursesLe rallye des fonds islamiques
BoursesLes fonds avec morningstar
EnergiesLe solaire algérien souffre de la concurrence déloyale des énergies fossiles
EnergiesPétrole : l'Angola maintient sa raffinerie
Produits de baseMali : le feuilleton de la privatisation de la CMDT se poursuit
Produits de baseAfrico Resources se positionne en RDC
Industries et services Safran renforce le parc aéronautique tunisien
Industries et services Kenzi Hotels poursuit son développement
Industries et services Tunisie Profilés Aluminium prend pied en Algérie et en Libye
Industries et services Maroc : le groupe Addoha à cheval sur ses objectifs
Les 60 jours de DadisGuinée : les 60 jours de Dadis
Les 60 jours de DadisLa révision des conventions pourrait nuire au secteur minier guinéen
Les 60 jours de DadisGuinée : capitaine sous haute surveillance
Droit, fisc, douanesLe chantier de la plus grande zone économique en butte aux réalités
Droit, fisc, douanesGuinée équatoriale : les sociétés étrangères sommées de faire du social
Droit, fisc, douanesDouala Stock Exchange : de nouvelles incitations fiscales pour les opérateurs
Economie politiqueLa revue de presse africaine de Londres
Economie politiqueLe départ de Carrefour alerte sur le climat des affaires en Algérie
Economie politiqueIls l'ont fait !
Médias et communicationUne fabrique de champions de football s'ouvre en Côte d'Ivoire
Médias et communication« L'objectif numéro un est de gagner la confiance »
InternationalLes Touareg maliens sur le chemin de la paix sans Ag Bahanga
InternationalLe virage à droite en Israël de mauvaise augure pour l'Egypte
InternationalVerbatim
L\'africain de la semaineAlessandro Benetton pour un capitalisme plus créatif
Mali : le feuilleton de la privatisation de la CMDT se poursuit Version imprimable
24-02-2009

La privatisation de la Compagnie malienne de développement des textiles se heurte à un nouvel écueil, politique celui-là. L’opposition brandit la poursuite judiciaire.

Par Robert Adandé, Cotonou

 

C’est à travers une conférence de presse organisée le 10 février 2009 que le groupe parlementaire de l’opposition PARENA-SADI a menacé le gouvernement malien de poursuites judiciaire, s’il s’entêtait à privatiser la CMDT. Alors que l’Etat se fonde sur les dispositions juridiques de la loi, votée par l’Assemblée nationale le 1er août 2008, pour céder ses parts du capital de la CMDT. Seulement, après avoir refusé de voter les lois sur la privatisation de la CMDT, le groupe parlementaire dénonce une mauvaise interprétation de la loi. Il estime que la loi adoptée le 1er août 2008 ne permet pas la privatisation de la CMDT. « Et si le gouvernement s’entêtait à vouloir la faire sur la base de cette loi, il trouvera l’opposition sur son chemin. Nous n’hésiterons pas à porter plainte. »

« Et si le gouvernement s’entêtait à vouloir la faire sur la base de cette loi, il trouvera l’opposition sur son chemin. Nous n’hésiterons pas à porter plainte. »

L’opposition parlementaire explique que l’Etat, dans sa volonté de privatiser le géant du coton malien, a fait voter par l’Assemblée nationale une loi qui l’autorise à céder tout ou partie du capital social de la CMDT, alors que le schéma originel de privatisation retenu par le gouvernement ne prévoyait nullement une telle manœuvre.

En réalité, le processus de désengagement de l’Etat de la filière coton retenu par le gouvernement malien envisageait un autre schéma devant se traduire par la dissolution pure et simple de la CMDT.

 

Quatre sociétés déjà créées

Le député Sidibé indique que l’Etat envisagerait la création, par la CMDT, de quatre sociétés suivant les quatre zones d’intervention. D’ailleurs la CMDT aurait déjà créé quatre sociétés anonymes au capital de 10 millions de FCFA, détenues à 100% par la CMDT.

Il s’agit de : la filiale nord-est (régions CMDT Koutiala et San), la filiale sud (régions CMDT Bougouni et Sikasso, la filiale centre (régions CMDT Fana et zone OHVN) et la filiale ouest (région CMDT Kita).

Ensuite, chacune de ces filiales prendrait la relève de la CMDT dans sa zone, en y bénéficiant d’un monopole et en héritant de ses actifs et de ses passifs.

Enfin, l’Etat pourra procéder à la privatisation de ces filiales, en cédant 61% des actions à un opérateur privé de référence ou partenaire stratégique, 20% aux producteurs de coton, 17% à l’Etat et 2% aux travailleurs des sociétés.

Le député de l’opposition évoque également d’autres raisons, telles que le manque d’assurance sur la pérennité de la filière coton ainsi qu’une garantie de paiement du coton à un prix décent aux producteurs, après la privatisation. Pour lui, le flou persiste en ce qui concerne les règles de conduite et obligations qui seront fixées aux repreneurs des quatre filiales.

 
Suivant >
 
afrique afrique
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :