Accès abonné :              
Journal en ligne - []
GREEN BUSINESSPour un système alimentaire «cool»
ZOOMImpact de l'abrogation de l'article 87 bis du Code du Travail
ZOOMAlgérie Impact de l'augmentation générale des salaires
PIED DE LETTRELa meilleure référence
RELATIONS INTERNATIONALESMigration et développement Atelier OIM-Italie pour un dialogue mondial
DOSSIERGabon Le «pétrole vert», un potentiel peu exploité
DOSSIERLe Gabon en Afrique centrale
DOSSIERGabon Bras de fer entre le fisc et les compagnies étrangères ?
DOSSIEROù en sont les projets structurants pour un Gabon Emergent ?
DOSSIERAli Bongo L'heure des comptes
Entreprises et MarchésÉGYPTE Les revenus du canal de Suez en hausse de 12%
Entreprises et MarchésCACAO Une nouvelle «guerre commerciale» entre le Ghana et la Côte d'Ivoire
Entreprises et MarchésCOMPÉTITIVITÉ DU FRANC CFA Jean-Louis Billon ouvre le débat
Entreprises et MarchésMAROC ONMT et GBP font la promotion du tourisme
Entreprises et MarchésCASABLANCA Grands travaux d'urbanisation
Banque - AssurancesBLANCHIMENT D'ARGENT Le lourd tribut de l'Afrique subsaharienne
Banque - AssurancesALGÉRIE Hausse du chiffre d'affaires du secteur des assurances
Banque - AssurancesMAROC Attijariwafa bank enregistre des performances satisfaisantes, à fin juin 2014
Banque - AssurancesBMCE BANK 50%de bénéfices en plus
Banque - AssurancesMAROC La Banque mondiale débloque 519 millions de $ pour le projet solaire Noor
Banque - AssurancesBAD Nouvelle ligne de crédit au Maroc
BoursesBRVM Investment Days à Paris
FocusTensions géostratégiques en Afrique du Nord Le terrorisme, une menace planétaire
Politique - EconomieCEA 9ème Conférence à Addis-Abeba
Politique - EconomieBCT Révision à la baisse du taux de croissance
Politique - EconomieCÔTE D'IVOIRE «Quelle révolution verte pour le continent africain ?»
Politique - EconomieCAMEROUN-TCHAD-NIGÉRIA Vers des échanges économiques contrastés
Politique - EconomieGUINÉE ÉQUATORIALE Obiang Nguéma solde le dossier Fitzpatrick
Politique - EconomieMALI IBK cède au diktat du FMI en recourant au marché financier de la région
Politique - EconomieGUINÉE-BISSAU La chute spectaculaire d'un parrain
Politique - EconomieMALI Le Premier ministre Moussa Mara revisite les coffres des donateurs à Paris
Politique - EconomieLIBYE Prestation de serment du nouveau Premier ministre
Mali : le feuilleton de la privatisation de la CMDT se poursuit Version imprimable
24-02-2009

La privatisation de la Compagnie malienne de développement des textiles se heurte à un nouvel écueil, politique celui-là. L’opposition brandit la poursuite judiciaire.

Par Robert Adandé, Cotonou

 

C’est à travers une conférence de presse organisée le 10 février 2009 que le groupe parlementaire de l’opposition PARENA-SADI a menacé le gouvernement malien de poursuites judiciaire, s’il s’entêtait à privatiser la CMDT. Alors que l’Etat se fonde sur les dispositions juridiques de la loi, votée par l’Assemblée nationale le 1er août 2008, pour céder ses parts du capital de la CMDT. Seulement, après avoir refusé de voter les lois sur la privatisation de la CMDT, le groupe parlementaire dénonce une mauvaise interprétation de la loi. Il estime que la loi adoptée le 1er août 2008 ne permet pas la privatisation de la CMDT. « Et si le gouvernement s’entêtait à vouloir la faire sur la base de cette loi, il trouvera l’opposition sur son chemin. Nous n’hésiterons pas à porter plainte. »

« Et si le gouvernement s’entêtait à vouloir la faire sur la base de cette loi, il trouvera l’opposition sur son chemin. Nous n’hésiterons pas à porter plainte. »

L’opposition parlementaire explique que l’Etat, dans sa volonté de privatiser le géant du coton malien, a fait voter par l’Assemblée nationale une loi qui l’autorise à céder tout ou partie du capital social de la CMDT, alors que le schéma originel de privatisation retenu par le gouvernement ne prévoyait nullement une telle manœuvre.

En réalité, le processus de désengagement de l’Etat de la filière coton retenu par le gouvernement malien envisageait un autre schéma devant se traduire par la dissolution pure et simple de la CMDT.

 

Quatre sociétés déjà créées

Le député Sidibé indique que l’Etat envisagerait la création, par la CMDT, de quatre sociétés suivant les quatre zones d’intervention. D’ailleurs la CMDT aurait déjà créé quatre sociétés anonymes au capital de 10 millions de FCFA, détenues à 100% par la CMDT.

Il s’agit de : la filiale nord-est (régions CMDT Koutiala et San), la filiale sud (régions CMDT Bougouni et Sikasso, la filiale centre (régions CMDT Fana et zone OHVN) et la filiale ouest (région CMDT Kita).

Ensuite, chacune de ces filiales prendrait la relève de la CMDT dans sa zone, en y bénéficiant d’un monopole et en héritant de ses actifs et de ses passifs.

Enfin, l’Etat pourra procéder à la privatisation de ces filiales, en cédant 61% des actions à un opérateur privé de référence ou partenaire stratégique, 20% aux producteurs de coton, 17% à l’Etat et 2% aux travailleurs des sociétés.

Le député de l’opposition évoque également d’autres raisons, telles que le manque d’assurance sur la pérennité de la filière coton ainsi qu’une garantie de paiement du coton à un prix décent aux producteurs, après la privatisation. Pour lui, le flou persiste en ce qui concerne les règles de conduite et obligations qui seront fixées aux repreneurs des quatre filiales.

 
Suivant >