Journal en ligne - []
ZOOMMarrakech Grand-messe de l'African Leadership Network
PIED DE LETTREExpo Milano 2015 Le know-how qui met en valeur
RELATIONS INTERNATIONALESSyrie Rencontre au sommet à Vienne
DOSSIERBanques Partenariat Attijariwafa bank-Icici Bank
DOSSIERCôte d'Ivoire L'indien Tata va investir plus de 300 milliards de f CFA
DOSSIERInde-Afrique Plaidoyer du Roi du Maroc pour la coopération Sud-Sud
DOSSIERInde-Afrique 100 milliards $
Entreprises et MarchésCÔTE D'IVOIRE Distribution de 224 Mrds de f CFA par Randgold Resources à ses actionnaires
Entreprises et MarchésSÉNÉGAL OPV de Suneor, les derniers rebondissements
Banque - AssurancesBMCE BANK OF AFRICA Nouvelle campagne de marque
Banque - AssurancesBMCE Bank et Maroc Export innovent avec African Business Connect
Banque - AssurancesBANQUES Attijariwafa bank lance une nouvelle campagne institutionnelle
Banque - AssurancesBANQUES Rapprochement Afreximbank-Dangote Group
BoursesANGOLA Sortie sur le marché international pour un eurobond
BoursesDETTE SOUVERAINE Confirmation des notes S&P du Cameroun et du Maroc
Politique - EconomieCharles Konan Banny jette l'éponge
Politique - EconomieCÔTE D'IVOIRE Ouattara reconduit son sherpa
Politique - EconomieMALI La France débloque 360 millions d'euros pour la relance économique
Politique - EconomiePRÉSIDENTIELLE CÔTE D'IVOIRE Tsumani d'ADO à 83,66%
Politique - EconomieLes axes clés du projet de gouvernance pour le dernier mandat de Ouattara
Politique - EconomieLes nouveaux défis d'Alassane Ouattara
Politique - EconomieNIGER Hama Amadou cherche-t-il une protection auprès d'Henri Konan Bedié ?
Politique - EconomieMAROC Phosboucraâ, filiale d'OCP, pour l'optimisation des ressources au Sud
Politique - Economie40ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MARCHE VERTE Discours royal fondateur et mobilisateur
Politique - EconomieSahara marocain, les avancées vues par le HCP
Politique - Economie MAROC Près de 14 Mrds d'euros pour la 2ème tranche du Plan de développement du...
Politique - EconomieCLASSEMENT DOING BUSINESS 2016 Des progrès en Afrique au sud du Sahara
Syrie Rencontre au sommet à Vienne Version imprimable
12-05-2016
Les différentes parties engagées de près ou de loin dans le conflit syrien, qui dure depuis près de 5 ans et qui a fait plus de 250 000 morts, ont entrepris vendredi 30 octobre des pourparlers diplomatiques pour y mettre un terme.
 
Vienne, capitale de l’Autriche, abrite pour la première fois une rencontre élargie pour le règlement politique définitif de la guerre civile en Syrie. On est en droit de se demander si le drame syrien va enfin connaître son épilogue. Au moment où les grands se rencontrent, l’armée régulière syrienne poursuit ses bombardements. Un hôpital a été visé, le Marché de Douma aussi. Les morts continuent de s’entasser. A côté des représentants des grands pays impliqués dans les combats, à savoir les ministres des Affaires étrangères de la Russie, Sergueï Lavrov, Adel Al Jubeir de l’Arabie saoudite, Feridun Sinorlioglu de Turquie, Laurent Fabius de France, le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique, John Kerry, et Mohammad Javd Zarif, chef de la diplomatie iranienne, invité de la dernière minute par les Américains, la réunion élargie de Vienne comprend aussi une douzaine de diplomates, d’acteurs régionaux (Egypte, Liban, Jordanie…) et de pays occidentaux, tels que les chefs de la diplomatie britannique Philip Hammond, allemande Frank Walter Steinmeir,ou encore Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne.
 
Un terme à l’enfer syrien ?
 
Pour une première, c’en est vraiment une ! Les Saoudiens et les Iraniens ont accepté de s’asseoir à la même table… Après la rencontre quadripartite de vendredi dernier à Vienne, Américains et Russes se sont mis d’accord pour impliquer tous les protagonistes dans le conflit, autour de la table des négociations. Par conséquent, l’Iran, allié de Damas, y a pris part. Non seulement la guerre a déjà fait des centaines de milliers de victimes, mais aussi et surtout le flot de migrants, avec tout son cortège de drames, ne baisse pas. L’hiver qui s’annonce ne facilitera pas la situation… Des observateurs ont déploré l’absence des parties syriennes en conflit dans les discussions. Peut-être y serontelles conviées ultérieurement ? De toutes les façons, en dépit des différences d’approches, la France, par la voix de Laurent Fabius, exige le départ du président Bachar Al Assad, l’ouverture de couloirs humanitaires dans les villes assiégées, …
 
Daouda MBaye, Vienne
 
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×