Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTAlgérie Pourquoi la baisse des exportations du gaz traditionnel ?
ZOOMVolume du commerce et croissance économique dans la région MENA Biens ou services ?
PIED DE LETTREMais où sont donc passés les chiens de garde de la démocratie ?
DOSSIERDonald Kaberuka, l'homme qui a transformé la BAD
Entreprises et MarchésMAROC Franc succès du fast-food, mais à quel prix ?
Entreprises et MarchésBURKINA FASO Onatel réalise une moisson de 130 milliards de f CFA
Entreprises et MarchésCMA CGM renforce sa présence au Cameroun
Entreprises et MarchésALCON Implantation d'un hub à Casablanca
Entreprises et MarchésVISA Un revenu trimestriel de 1,6 milliard $
Entreprises et MarchésSÉNÉGAL Les dessous du deal Copéol-Suneor
Entreprises et MarchésAFRIQUE Maroc Telecom, présent dans 10 pays, renoue avec la croissance
Entreprises et MarchésTELECOMMUNICATIONS Le Cameroun et le Tchad signent un accord de coopération
Entreprises et MarchésAFRISANTE De bons indicateurs de la santé africaine
Entreprises et MarchésAFRIQUE La santé à l'heure des réformes
Banque - AssurancesCORIS BANK Démarrage des activités à Lomé
Banque - AssurancesGUINÉE-BISSAU 37ème membre d'Afreximbank
Banque - AssurancesBAD Huit candidats à la conquête de la présidence
Banque - AssurancesMarchés obligataires et financiers 5ème Sommet à Washington
Banque - AssurancesAfriland First Bank ouvre une fenêtre islamique au Cameroun
Banque - AssurancesAFRIQUE Attijariwafa, catalyseur de développement
BoursesNIGER Lancement du 1er sukuk de 150 milliards de f CFA
BoursesGABON Baisse de la note de crédit souverain
BoursesSENEGAL Le sukuk de 100 milliards de f CFA primé à Kuala Lumpur
Politique - EconomieSénégal, quand Abdoulaye Wade disjoncte
Les banques africaines sous-évaluées par la bourse Version imprimable
26-10-2011

C’est la Standard Bank qui est la première banque africaine en termes de capitalisation boursière. Avec 19,6 milliards de dollars, la banque sud-africaine pèse deux fois plus lourd qu’Attijariwafa Bank (8,096 milliards de dollars de capitalisation), et presque cinq fois plus que la BMCE Bank. Cela en notant bien évidemment que certaines valeurs sont sous-évaluées à cause de stratégies boursières pas encore affinées ou de cotations sur des marchés qui ne sont pas encore mûrs. Par exemple, la Banque Centrale Populaire (Maroc), longtemps desservie par une structure complexe la séparant des Banques Populaires régionales, nous semble sous-évaluée à un niveau de capitalisation boursière de 3,1 milliards, nettement en dessous de BMCE Bank, qu’elle dépasse pourtant en termes d’actifs, de fonds propres, de résultats nets, etc.

De même, il semble qu’avec une capitalisation de 1,8 milliard de dollars et un PER de 5,2x, la First Bank of Nigeria soit nettement sous-évaluée, comparée à son secteur d’activité et à son potentiel. L’on peut en dire de même d’Ecobank, cotée en simultané à Accra, Lagos et Abidjan, avec une capitalisation de 1,2 milliard, ou encore de UBA, en décote de 8,46% depuis le début de l’année, avec une capitalisation boursière de 973 millions.

Ces différents indicateurs montrent clairement que la bourse reste le chemin le moins coûteux pour acquérir le contrôle d’une banque africaine.

 

Adama Wade

 
< Précédent   Suivant >
 
afrique afrique