Journal en ligne - []
PIED DE LETTREDe la promotion de l'entrepreneuriat et de l'innovation
RELATIONS INTERNATIONALESAccord sur le nucléaire iranien Un deal contre le terrorisme ?
DOSSIERTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
DOSSIERSénégal-Maroc Le Groupe d'impulsion économique opérationnel
Dossier SpécialSaïd Mouline Aderee, bras armé du développement durable
Dossier SpécialL'offensive du Royaume chérifien en Afrique centrale
Dossier SpécialMaroc Telecom Quelque 6 millions d'euros pour un projet transafricain
Dossier SpécialAmina Benkhadra Des bassins à fort potentiel
Dossier SpécialCasablanca Inauguration d'un 2ème Centre de dépollution du littoral
Dossier SpécialTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
Dossier SpécialLa gent féminine, de mieux en mieux
Dossier SpécialFathia Bennis Maroclear, garant d'un marché financier et d'une place fiable, sécurisée et transparen
Dossier SpécialFrance-Maroc Visite du Roi Mohammed VI à Paris
Dossier SpécialKarim Bernoussi Intelcia, un partenaire de confiance
Dossier SpécialJawad Kerdoudi «Ce nouveau vote du Conseil de Sécurité est une victoire pour le Maroc»
Dossier SpécialDes ONG dénoncent le détournement de l'aide humanitaire dans les camps de Tindouf
Dossier SpécialInterview Charles Saint-Prot Évolution en faveur du Maroc
Dossier SpécialRésolution 2218 (2015)
Dossier SpécialRésolution 2218 du Conseil de Sécurité de l'ONU Le Maroc marque un point
Dossier SpécialSahara Victoire du Maroc à l'ONU
Dossier SpécialMaroc Succès d'une image et échec économique
Dossier SpécialMaroc Diagnostic de croissance
Dossier SpécialMaroc Groupe Banque Populaire lance sa 1ère usine monétique panafricaine
Dossier SpécialMaroc Banque populaire Adoption du système Public Key Infrastructure (PKI)
Dossier SpécialHassan El Basri Le gage de réussite d'un modèle de coopération Sud-Sud
Dossier SpécialBudget économique exploratoire 2016
Dossier SpécialOCP, plus que jamais vaisseau-amiral
Dossier SpécialCroissance économique et investissements
Dossier SpécialQuelle stratégie pour la politique africaine ?
Dossier SpécialMaroc-Côte d'Ivoire-Guinee Bissau-Gabon Une coopération, un cran au-dessus
Dossier SpécialMaroc-Senegal Une dizaine d'accords de cooperation
Dossier SpécialLe Maroc à l'abri des soubresauts
Les banques africaines sous-évaluées par la bourse Version imprimable
26-10-2011

C’est la Standard Bank qui est la première banque africaine en termes de capitalisation boursière. Avec 19,6 milliards de dollars, la banque sud-africaine pèse deux fois plus lourd qu’Attijariwafa Bank (8,096 milliards de dollars de capitalisation), et presque cinq fois plus que la BMCE Bank. Cela en notant bien évidemment que certaines valeurs sont sous-évaluées à cause de stratégies boursières pas encore affinées ou de cotations sur des marchés qui ne sont pas encore mûrs. Par exemple, la Banque Centrale Populaire (Maroc), longtemps desservie par une structure complexe la séparant des Banques Populaires régionales, nous semble sous-évaluée à un niveau de capitalisation boursière de 3,1 milliards, nettement en dessous de BMCE Bank, qu’elle dépasse pourtant en termes d’actifs, de fonds propres, de résultats nets, etc.

De même, il semble qu’avec une capitalisation de 1,8 milliard de dollars et un PER de 5,2x, la First Bank of Nigeria soit nettement sous-évaluée, comparée à son secteur d’activité et à son potentiel. L’on peut en dire de même d’Ecobank, cotée en simultané à Accra, Lagos et Abidjan, avec une capitalisation de 1,2 milliard, ou encore de UBA, en décote de 8,46% depuis le début de l’année, avec une capitalisation boursière de 973 millions.

Ces différents indicateurs montrent clairement que la bourse reste le chemin le moins coûteux pour acquérir le contrôle d’une banque africaine.

 

Adama Wade

 
< Précédent   Suivant >
 
afrique afrique
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :