Accès abonné :              


Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Maroc : sociétés de financement et banques provisionnent Version imprimable
26-10-2011

Le coût du risque s’est apprécié en général au Maroc. Les sociétés de financement et, dans une moindre mesure, les banques, provisionnent. Détails.

Certaines branches du secteur financier voient le volume des créances en souffrance à des niveaux jusque-là jamais égalés. Nombre d’établissements bancaires, tout comme des sociétés de financement, sont en train de constituer des provisions conséquentes. On est alors en droit de se demander si le crédit n’est pas en train de subir la dégradation du risque, suite aux effets de facteurs restrictifs de liquidités, consécutifs au volume important du déficit de la balance commerciale et de l’évolution moins dynamique des investissements directs étrangers ?

Dans tous les cas, le corollaire a été un marché monétaire qui est demeuré en sous-liquidité, expliquant des taux d’intérêt en quasi-stabilité au premier semestre, en lien avec les interventions de Bank Al Maghrib (BAM – institut d’émission).

Au niveau des sociétés de financement, la possibilité de procéder, sous conditions, à la radiation des anciennes créances en souffrance est accueillie avec soulagement.

 

Des provisions massives

La dernière enquête de BAM sur l’endettement des ménages révélait, à juste titre, qu’entre 2008 et 2009 le taux de créances en souffrance a augmenté de 2 points, pour se situer à 16% pour ceux âgés entre 30 et 39 ans, mais qu’il a reculé pour les plus de 50 ans. Cependant, par rapport à la catégorie professionnelle, il a augmenté de 2 points (8%) pour les fonctionnaires, de 3 points pour les salariés (19%), et s’est maintenu pour les professions libérales (12%). Pourtant entre 2010 et le premier semestre de 2011, le niveau des créances en souffrance a évolué de manière différenciée.

Au niveau des banques, si des professionnels déclarent que le coût du risque reste maîtrisé, parce que relativement bas (autour de 1%), il ne faut pas perdre de vue que les volumes de créances en souffrance ont conduit les premières banques de la place à provisionner massivement. La Banque Populaire, qui présente un taux de créances en souffrance à 3,4%, l’un des meilleurs de la place, a constitué 800 millions DH de provisions pour risques généraux.

Pour faire face à un coût du risque élevé, la BMCE a constitué 500 millions DH de provisions, tandis qu’Attijariwafa Bank a constitué 325 millions de provisions. Certes, il y a eu une chute de 6% en 2009, avec 29,7 milliards de créances en souffrance, mais la maîtrise évoquée, due essentiellement aux facteurs conjugués de l’assainissement des comptes, de l’importance des opérations de recouvrement, du rajeunissement du stock de créances, suffira-t-il à alléger le coût du risque dans une conjoncture marquée par quelque incertitude ?

 

La radiation pour assainir les comptes

Au niveau des sociétés de financement, la possibilité de procéder, sous conditions, à la radiation des anciennes créances en souffrance est accueillie avec soulagement. Mustapha Melsa, directeur délégué de l’Association professionnelle des sociétés de financement (APSF), nous a indiqué que la Direction générale des impôts a en effet accédé à la requête des opérateurs au sujet de la radiation des créances en souffrance anciennes, dans une lettre de Zouhaïr Chorfi, directeur général des impôts, à Abdelkrim Bencherki, président de l’APSF, datée du 2 septembre 2011. Le directeur délégué de cette corporation a soutenu que cette situation des créances en souffrance ne pouvait perdurer éternellement.

Avec cette acceptation, les sociétés de financement pourront enfin engager un processus d’assainissement de leurs bilans, « les conduisant d’ailleurs à privilégier une recommandation de Bank Al Maghrib en la matière », a-t-il ajouté.

Actuellement, tout semble pourtant repartir de plus belle. Et les mesures d’approvisionnement de créances en souffrance semblent davantage orientées dans le sens d’une anticipation sur des risques futurs, avec des incertitudes sur les marchés.

D. MBaye

 
< Précédent   Suivant >