Wana fait exploser son chiffre d’affaires Version imprimable
15-11-2008

Une progression de 226% qui rétablit définitivement la confiance autour du jeune PDG.

Karim Zaz reprend de l’assurance et de la hauteur. Après un démarrage difficile en février 2007, le jeune PDG de Wana, ancien provider à la tête de Wanadoo Maroc, est parvenu à rétablir la confiance de son board grâce aux résultats… En progression de 226% à 791 millions de dirhams, le chiffre d’affaires relègue au second plan les investissements énormes consentis par la maison mère ONA dont la capacité d’endettement avait été un tant soit peu ébranlé par l’effort. L’heure est plutôt à la jubilation pour M. Zaz qui fête son deux millionième client, attribuant cette vigueur à la qualité de son offre commerciale élargie aujourd’hui à 170 villes contre 32 au démarrage. Wana compte 411 agences et 4 distributeurs agréés.

Progression rapide

L’innovation continuera d’être la marque de fabrique de l’opérateur qui couvre aujourd’hui tous les segments des télécoms, du fixe à l’Internet en passant par le mobile. La forte présence sur le segment grand public, l’internet 3G continue de progresser conférant le leadership à Wana, également leader du segment fixe avec mobilité restreinte. La bataille du corporate semble aussi tourner à l’avantage de Wana, présent sur l’offshore, le data, le Wholesale. L’opérateur revendique un portefeuille B to B de 3000 entreprises et d’une part de marché de 25% sur le segment de la transmission des données. Après si bon premier semestre 2008, Wana mise sur un second tout aussi favorable, en dépit d’une situation mondiale contrastée.

L’innovation continuera d’être la marque de fabrique de l’opérateur qui couvre aujourd’hui tous les segments des télécoms, du fixe à l’Internet en passant par le mobile.

Une chose est sûre, le groupe ONA reste plus que jamais présent dans ce secteur télécom, fort de deux licences de 25 et 30 ans et d’une progression rapide, même si cet objectif lui aura coûté jusque-là un endettement de 1,6 milliard de dirhams. Fort des chiffres glanés qui dépassent déjà ceux engrangés sur l’ensemble de l’année 2007, Karim Zaz peut convier les journalistes à un exercice de benchmarking en rappelant que le second opérateur, Méditel, n’a trouvé son point mort qu’en 2003, après quatre ans d’activité. La norme est entre trois et cinq ans en Europe, rappelle-t-il, sans trop s’étendre sur sa stratégie à moyen terme. Quoi qu’il en sera, ce programme dépendra principalement du futur d’appel d’offres de l’agence nationale de règlementation des télécoms. En une année et demie, l’opérateur totalise quelque 800 emplois directs et 3000 indirects. Le futur proche passera, lui, par une offre pour maintenir l’avance de Wana dans la 3G. Il s’agit d’un pack comportant un Netbook avec un abonnement Internet à haut débit pour 3000 dirhams.

 

MBF

(reprise de l'article du journal numéro 50, 30 octobre au 5 novembre 2008)

 

 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Après Addis-Abeba et le Sud-Soudan, la représentante permanente des États-Unis à l’ONU, Nikki...
[La suite...]

Le putsch manqué de septembre 2015 n’a pas fini de révéler ses secrets et son étendue. Le général...
[La suite...]

Suite à la déclaration d’indépendance de la Catalogne adoptée par le Parlement catalan, vendredi 27...
[La suite...]

Le deuxième round de l’élection présidentielle au Kenya risque de mettre KO debout la locomotive de...
[La suite...]

Dans ce bref entretien, Nissale Berrached, directeur général de Philips pour l’Afrique du Nord et...
[La suite...]

Dans sa stratégie de développement, l’Afrique figure en bonne place sur les plans d’AccorHotels. Le...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×